Un voyage de 8 mois à la rencontre des entrepreneurs sociaux et des journalistes qui partagent une même vision d'un monde en changement…

SliceBiz, réseau ghanéen hybride entre crowdfunding et plateforme de capital investissement

| 0 Commentaires

Un nouveau projet vient d’être lancé au Ghana: SliceBiz, une plateforme d’investissement innovante qui va révolutionner le financement des start-ups africaines! Il y a quelques semaines, nous avons eu la chance de rencontrer et d’interviewer William Senyo, à la tête de cette entreprise sociale ghanéenne…

Screen Shot 2013-02-28 at 3.02.41 PM

Pour mieux nous expliquer d’où est venue son idée, Will a commencé par nous faire la liste de ce qu’il appelle les « 4 choses à savoir » :

-       Il existe en Afrique une classe moyenne croissante, qui dispose d’un bon niveau de revenus ;

-        Si de nombreux problèmes persistent quant à l’utilisation d’internet sur le continent, le réseau mobile est très développé ;

-       De plus en plus de jeunes Africains motivés se lancent dans des projets innovants ;

-       Mais la plupart de ces projets stagnent justement au stade du projet, sans avoir la capacité de grandir malgré leur fort potentiel.

Selon lui, l’Afrique manque d’un seul élément pour que cela chance : le financement. Et c’est là que SliceBiz, vainqueur du Startup Weekend d’Accra, veut agir, en trouvant un moyen de relier les 4 caractéristiques énoncées plus haut afin de répondre enfin à ce besoin de financement.

Voilà pour la théorie.

Et en pratique ? SliceBiz veut faire le lien entre l’utilisation répandue des téléphones portables et les idées innovantes des jeunes, afin de créer un cadre solide permettant à la classe moyenne africaine d’investir de petites sommes d’argent dans leurs start-ups. Ou, pour le dire autrement, il s’agit d’une adaptation du modèle de crowdfunding aux spécificités du continent africain.

Mais cela va plus loin : la plateforme SliceBiz est en fait un mélange de crowdfunding et d’investissement par capital-risque.

Selon William, l’Afrique n’étant pas prête culturellement à effectuer des versements d’argent en ligne, l’équipe ne pouvait pas créer un site de crowdfunding comme nous les connaissons en Occident (KissKissBankBank, Ulule…). « Ici, nous dit-il, les gens ont besoin de connaître la personne qu’ils ont en face d’eux avant de lui donner ne serait-ce qu’un dollar. »

other-founders-2

« Nous ne pourrons pas nourrir la croissance africaine autrement : il faut plus de projets portés par des Africains, financés par des Africains »

Ces réflexions ont finalement abouti au business model innovant suivant : lorsqu’une start-up rejoint la plateforme SliceBiz, elle renonce à une petite partie de son capital qui sera dédiée aux investisseurs. En entrant au capital de la start-up, ces investisseurs issus de la classe moyenne sont ainsi encouragés à réellement s’intéresser à sa croissance et à son succès. Ils peuvent devenir des mentors pour les jeunes entrepreneurs, leur dédier du temps et des compétences afin d’apporter leurs conseils sur des sujets clés tels que le marketing, le droit… Chaque investisseur pourra sortir du capital de la société après 2 ans. Cela fonctionne donc comme du capital-risque classique, dont, en Afrique, les investisseurs délaissent encore beaucoup trop les start-ups et petites entreprises. Le fait de viser la forte capacité d’investissement de cette classe moyenne africaine en pleine croissance et de l’attirer grâce à un modèle par lequel elle peut à la fois investir de l’argent et faire partie du projet, représente donc une véritable solution sur le long terme.

Pour se financer, SliceBiz fera payer des frais de « mise en relation » pour chaque investisseur trouvé, et 10% du capital de la start-up appartiendra à la plateforme afin de permettre un investissement de ce capital dans son fonctionnement. En effet, c’est tout un écosystème que SliceBiz veut créer autour de ces projets, en leur apportant un accès à des activités hors ligne, des connaissances et des connexions, équipement, conseils… Tout ceci étant financé par les frais de fonctionnement perçus, les start-up n’auront rien à payer pour bénéficier de cet écosystème de services… dès lors qu’elles accepteront de renoncer à 10% de leur capital.

La plateforme débutera avec 10 start-ups, toutes en lien avec les nouvelles technologies. SliceBiz a fait le choix de ne pas se spécialiser dans un domaine ou un autre, mais cela pourrait arriver lors de certaines « promotions » dans quelques années.

En attendant, gardez les yeux ouverts, de nouvelles start-ups innovantes ne vont pas tarder à émerger, en direct du Ghana !